Caskiomm Space

La Caskiomm Space

ShlagBox v2

L'objectif

Créer un boitier plus puissant et plus sécurisé, intégrer des composants de meilleurs qualité et correspondre a la réglementation concernant le lancement de micro fusées.

L'électronique

La Shlagbox V2 est composé de piles 9V en parrallèle, ce qui permet de développer plus de puissance qu’avec la V1 de la Shlagbox, d’un interrupteur à clé, pour être conforme à la réglementation des lanceurs de micro-fusées, et d’un interrupteur a led, afin de savoir si lui courant est prêt à être envoyé.

Elle devait contenir un arduino et un écran, afin de communiquer par radio avec la Mk2, mais par manque de temps et parce que les modules radio arduino sont très difficiles a manipuler, l’idée d’une communication radio a été repoussée à la Mk3.

Une fois l’interrupteur a clé enclenché et l’interrupteur rouge appuyé, le courant est envoyé par une prise PC située à l’arrière de la boite.

Le boitier a été modélisé sur Fusion360 et imprimé en 3D. Malheureusement, (et je commence a penser que le nom shlagbox porte malheur) une couche de plastique a aussi été mal imprimée, et on a utilisé la technique du soudage par frottement de filament afin de réparer la boite.

Durant l’un des tests de l’interrupteur a LED rouge, cette dite LED  a reçu une tension trop élevée et est morte. On a donc mené une opération a coeur ouvert sur cet interrupteur pour remplacer cette LED. Ce fut assez compliqué car les bornes de l’interrupteur mesure environ 1mm, compliquant encore plus la tache. Mais, avec de la patience et de la précision, on a réussi a remplacer la LED.

En conclusion, la Shlagbox v2 mérite entièrement son nom, mais est quand même un grand pas en avant, comparée à sa prédécesseure.

Prochain objectif

Intégrer la communication radio pour pouvoir se débarrasser des câbles ultra longs entre le boitier et la fusée, augmenter la puissance électrique en prévision des clusters (fusée a plusieurs moteurs) et créer un boitier plus durable, qui ne sera plus digne du nom de « Shlagbox »